Le rockeur repose désormais au cimetière de Yoff

- Publicité -

L’artiste-chanteur Demba Dia, rappelé à Dieu dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 novembre 2014 en France, a été porté en terre hier au cimetière de Yoff. Une foule composée d’artistes, de politiques, de sportifs et d’anonymes est venue l’accompagner dans sa dernière demeure et compatir à la douleur de sa famille. Des moments forts en émotion…

L’image est poignante. Au milieu d’une multitude de personnes aux visages embués de larmes, une femme de teint clair, Aïda Ndong, est au bord de la crise de nerfs. Impossible de la calmer et de sécher ses larmes. Elle vient de mettre en terre, son homme, son mari, un homme d’une grande dimension, Cheikh Demba Dia. Il a été rappelé à Dieu dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 novembre 2014. Deux autres femmes, assises à côté de la veuve, essaient tant bien que mal de la consoler. Elles n’y arrivent pas et semblent même dépassées par les événements.

Sa veuve et son ex-épouse, inconsolables

Aïda refuse visiblement de plier, quant à l’idée de vivre sans son défunt mari, le Rock du Mbalax. Chapelet entre les mains, elle l’égrène machinalement. Sophie Dia, petite sœur du défunt, se lève de son siège pour tenter de réconforter sa belle-sœur. Elle non plus n’y arrive pas. Les sanglots de la veuve gagnent en intensité, elle hoquète presque. Lorsque Youssou Ndour s’approche d’elle, Aïda Ndong, sous son voile blanc, le concert de gémissements s’accentue. Au même moment, les flashes des photographes crépitent sur son visage, tandis que les lumières des caméras l’éblouissent…

- Publicité-

Contraste ! Une des filles de Demba Dia, Fatima (7 ans), est à mille lieux de comprendre ce qui se passe. Sa mère, l’ancienne mannequin Khadija Sy, est, elle, sous le coup de l’émotion. Son visage dissimulé derrière des lunettes mouches, cache mal les stigmates de plusieurs nuits passées à pleurer son ex-époux, le père de ses trois enfants. Elle a mal dans sa chair. Entourée de ses parents, de ses proches, des grands enfants de Demba, pratiquement tous vêtus en blanc, couleur de la pureté, Khadija se perd dans un nuage de geignements.

Des témoignages à la dimension de l’homme

C’est aux alentours de 10 heures et demi que le cercueil est sorti de la morgue, recouvert de deux pagnes traditionnels. La cérémonie de levée du corps du rockeur s’annonce rude et pénible, malgré le temps frisquet qu’il fait dans la capitale. La classe politique, bien représentée, ainsi que les sportifs et les artistes ont eu droit à la parole, pour faire leurs témoignages à l’endroit de l’homme multidimensionnel qu’était Demba Dia et pour aussi lui adresser leurs adieux. Que des témoignages élogieux et surtout très touchant. Baaba Maal, au nom de ces pairs artistes, a regretté que «Demba Dia soit parti à la fleur de l’âge. Sa vie a été très courte, mais pleine de bienfaits. Il laisse derrière lui une famille très jeune». A sa suite, la famille a également dit quelques mots et formulé des prières pour le repos de son âme. Après les différents témoignages qui décrivent le disparu comme un homme «pieux, social, charitable…», le cortège funèbre s’est ébranlé en direction de la mosquée Omarienne pour la prière mortuaire. Le Khalife de la famille Omarienne, à laquelle appartenait Demba Dia, a dirigé l’oraison funèbre, avant de dire tout le bien qu’il connaissait du défunt. Par la suite, la famille, les amis, les proches et les sympathisants ont tous pris le chemin du cimetière de Yoff pour inhumer le Rock. Il a rejoint sa dernière demeure. Le chanteur, le sportif, le politique est parti…sur la pointe des pieds. Adieu Demba !

CHIMERE JUNIOR LOPY

L’OBS via iGFM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img
- Publicité -

DERNIERS ARTICLES

Articles Similaires