El. Hadji FAYE «A mon avis le BSDA doit auditionner tous les chanteurs comme on le faisait avant … »

- Publicité -
El. Hadji FAYE «A mon avis le BSDA doit auditionner tous les chanteurs comme on le faisait avant … »
L’équipe de Dakar Musique est allée rendre visite à El. Hadji FAYE dans son domicile à Guédiawaye pour échanger avec lui sur ses années d’expériences dans la musique sénégalaise.

Il nous a parlé de son appartenance à une famille griotte, de ses débuts dans la musique, de sa carrière actuelle et a prodigué des conseils à l’endroit des jeunes chanteurs…
Dakar Musique : Bonjour, El. Hadji FAYE, parler nous un peu de vous car beaucoup de jeunes sénégalais ne vous connaissent pas.
El. Hadji FAYE : Je suis un sénégalais qui est né à Dakar et plus particulièrement à Medina, j’ai grandi à Ouagou Niaye où j’ai fait l’école primaire et un peu plus tard avec mes parents nous nous sommes installés dans la banlieue dakaroise. En quelques mots je suis un vrai boy Dakar et un pur produit de la banlieue.

Dakar Musique : A quelle période de votre vie avez-vous réellement commencé à chanter ?
El.H. FAYE : Je dirai depuis toujours car je suis issu d’une grande famille de griots. J’ai d’abord débuté avec les « Kassaak », les « simb » puis avec les « khandiraan Jazz » où chacun amené son propre instrument de musique à savoir des bidons que l’on modifiait pour en faire des guitares etc. parce qu’on manquait vraiment de moyens.
Si je raisonne en termes d’année j’ai commencé effectivement à chanter entre 1972 et 1973 avec le Niaye Orchestra.
Quelques années après notamment en 1976 j’ai chanté avec les Youssou NDOUR, Doudou SOW etc. dans des orchestres comme Baobab, Number One, Miami…

elhadji02
El Hadji FAYE et son ami Mafatim SECK grand frère de Thione SECK
Dakar Musique: Qu’est ce qui a changé dans votre style depuis ? Musicalement d’abord et du point de vu des messages ?
El.H. FAYE : Je joue toujours la même musique traditionnelle ou semi traditionnelle quelques fois parce que mélangé avec du mbalax sans la guitare marimba bien sur. C’est cette musique que les mélomanes de ma génération aiment je suis donc obligé de satisfaire mon public d’autant plus que j’ai dépassé l’âge de faire des erreurs musicales. Pour ce qui est de mes messages ils restent toujours engagés pour  la bonne marche de la société. A mon avis la BSDA doit auditionner tous les chanteurs comme on le faisait avant pour prendre des mesures sur certaines œuvres qui n’apportent pas grand-chose à la société. Pour mon cas si je n’étais pas chanteur, j’écrirais sans doute pour d’autres musiciens, tellement je tiens à véhiculer des messages.

Dakar Musique : Où en est réellement la carrière musicale d’El.H FAYE ?
El.H FAYE : Je chante parce que je suis griot d’abord, je ne le fais pas pour de l’argent. Seulement il faut quelques fois faire une trêve dans  sa carrière pour mieux l’appréhender par la suite. Je dirai aussi que c’est peut être ici au Sénégal que je joue de moins en moins mais en Europe surtout en Italie ou j’étais je jouais régulièrement. Depuis mon retour au Sénégal donc je joue au moins trois fois dans la semaine dans des boites de nuit de la place. 

Dakar Musique : Quels sont vos projets actuels ?
El.H FAYE : J’ai sorti un single où je rends hommage à mon défunt gendre El.H Ndiaga MBAYE. Il passe déjà sur les stations radio de la place et nous l’avons aussi en clip vidéo. Je prépare des festivals avec mon manager une italienne que je salue au passage d’ailleurs. Je suis également sélectionné pour participer au Festival Mondial des Arts Nègres (FESMAN).

elhadji03
El hadji FAYE et son épouse la fille de Ndiage MBAYE
Dakar Musique : Quels messages lancez vous à la jeunesse sénégalaise en général et aux jeunes artistes en particulier ?
El.H. FAYE : Je leur appelle à plus de persévérance et d’étude car on ne pourrait connaître le présent sans étudier le passé. Il faut qu’ils considèrent davantage leurs ainés et aussi et surtout d’éviter la facilité, je veux parler de l’alcool et de la drogue. Il faut jamais se décourager car tant que y’aura la vie il y aura toujours de l’espoir.

Dakar Musique : Quel est votre mot de la fin ?
El.H. FAYE : Je remercie le ministère de la culture, le coordinateur général M. A. Badara BEYE pour leur choix sur les artistes qui doivent participer au FESMAN. Je remercie particulièrement l’équipe de Dakar Musique pour votre démarche citoyenne et votre disponibilité.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img
- Publicité -

DERNIERS ARTICLES

Articles Similaires