EL Hadj FAYE, artiste musicien: « J’ai pitié de cette génération d’artistes car tu vois des hommes, de jeunes chanteurs très efféminés…»

- Publicité -

Son titre à succès « Samina » aura marqué bien des générations de mélomanes. Ses autres compositions aussi restent encore actuelles car El Hadj FAYE chante pour vivre et aider à vivre le public qui l’écoute. Longtemps absent des scènes sunugaliennes, l’artiste commet de temps à autre des albums loin de la furie des médias qui n’ont d’yeux et d’oreilles que pour une nouvelle génération de chanteurs de Mbalax aux textes creux. Il résiste, le bonhomme, face aux aléas d’un showbiz devenu implacable. Nous l’avons rencontré pour discuter avec lui et lui tirer quelques vérités. Ses vérités…

Actunet: Elhadj FAYE, on vous entend plus dans les bacs et les médias. Pourquoi ce long silence?

Elhadj FAYE: C’est un peu dû à une volonté personnelle car je pense que nous les anciens, doivent donner leur chance aux jeunes artistes chanteurs et les laisser marquer leur territoire. C’est leur droit le plus absolu. L’art est infini et immense. Et il n’a pas d’âge ni de frontière. Alhamdoulilah, Dieu a fait que la voix est encore là et la musique est dans mon sang. Ce qui fait que je ne peux m’éloigner de ce métier, le seul que je connais et pratique depuis mon jeune âge.

Il me reste encore beaucoup d’inspiration et je veux chanter à temps opportun car je veux servir la société comme je l’ai toujours fait à travers ma voix. Les gens doivent savoir que j’ai sorti il n’ya pas longtemps un album dans lequel je rends hommage à Ndiaga Mbaye. Cela doit faire presque deux ans. Pourquoi Ndiaga Mbaye? Parce que c’est quelqu’un qu’on ne doit pas oublier. Un artiste immense qui mérite cet hommage rendu à travers cet album. Je trouve que nombre d’artistes au Sénégal lui doivent quelque chose et ne se soucient même pas de payer la dette. Figurez-vous que lors de la soirée hommage organisée tout récemment par la famille, beaucoup d’artistes invités ne se sont même pas souciés de venir apporter leur participation artistique. Moi qui suis son gendre, on ne m’a pas cité sur la liste des artistes invités et je suis quand même allé soutenir la famille. Malgré la volonté de cette dernière, Dieu a fait que l’hommage a été un véritable fiasco. Un échec total.

- Publicité-

Pourquoi ce fait?

Parce que les artistes n’ont pas été au rendez-vous et je trouve qu’ils n’ont pas été reconnaissants.

Celà n’est-il pas également dû au fait que la famille du défunt Ndiaga Mbaye ne parle pas le même langage?

Non, du tout. Ce n’était pas cela car il y’avait toutes les veuves de l’artiste qui sont même montées sur la scène pour chanter ensemble.

Youssou Ndour a sorti récemment un album de quatre titres avec une reprise d’une des compositions de Ndiaga Mbaye. Qu’est ce que vous en pensez en tant que membre de la famille?

Je n’ai pas écouté l’album et le titre dont tu parles (Xajjaloo, Ndlr). On m’en a parlé et les gens en discutent. Pour dire vrai, je ne suis pas au courant de ce que Youssou Ndour a accompli pour la famille de Ndiaga Mbaye. Et pourtant, je suis tenu informé de tout ce qui se passe dans la famille.

Revenons à Elhadj FAYE. Vous êtes le gendre de Ndiaga Mbaye puisqu’une de ses filles est votre femme. Pouvez-vous revenir sur les circonstances de votre rencontre avec votre épouse?

Vous savez, Ndiaga Mbaye m’avait dit ouvertement qu’il aimait ma voix et qu’il avait beaucoup d’affection pour ma personne. Cela, avant même qu’il me donne en mariage à une de ses filles. D’ailleurs, il voulait me donner comme épouse la grande sœur de ma femme et c’est Dieu qui en a décidé autrement. Il m’a dit un jour qu’il ne serait pas en repos quand il ne serait plus de ce monde si je n’épouse pas une de ses filles. Voilà, l’histoire de ma relation avec ma femme.

Combien de temps a duré le mariage?

Dieu Merci. On a maintenant de petits enfants et notre fils aîné porte même le nom de Ndiaga Mbaye.

Aujourd’hui, beaucoup d’artistes s’inspirent de votre répertoire s’ils ne reprennent bon nombre de vos succès. Qu’est ce que cela vous fait?

C’est une bonne chose et j’avoue que cela me fait beaucoup de plaisir car les chanteurs ne manquent pas dans ce pays. S’ils portent leur choix sur moi, c’est très bien. D’ailleurs, je pense que je vais reprendre sous peu beaucoup de mes succès.

Sur quoi travaille Elhadj FAYE en ce moment?

Aujourd’hui, je m’essaie à tous les styles. Qu’ils soient modernes, acoustique ou traditionnel. Mais j’aimerais vous dire une chose: il y’a une concurrence absurde dans ce milieu et beaucoup de chanteurs se sont repliés sur eux-mêmes. Ils ne sont pas ouverts et la jalousie mine ce milieu. Par exemple, tu te rends à un concert d’un autre artiste et ce dernier t’ignore royalement. Et souvent, ce sont les gardes du corps de l’artiste qui te malmènent. Avec la complicité, bien sûr, de l’artiste. Des attitudes qui n’existaient pas à une certaine époque.

Votre regard sur la musique actuelle, avec ce Mbalax parfois trop assourdissant…

La musique sénégalaise devrait dépasser ce stade qui ne l’honore pas. Les jeunes jeunes artistes doivent savoir qu’il est de leur devoir de chanter des choses utiles à la société. Je suis désolé de le dire mais beaucoup de jeunes chanteurs se trompent de voie. C’est dommage! Il y’a même un artiste chanteur qui a osé dire que la musique est comme du papier kleenex. C’est dommage!

Celà ne vous fait-il pas peur?

Non, pas du tout. Si tu vois que la musique d’hier est encore consommée, c’est parce que les thèmes abordés sont encore actuels. Et, ce sera ainsi jusqu’à la fin des temps. Aujourd’hui, il n’ya presque plus de valeurs et les jeunes artistes ne veulent écouter aucun conseil.

D’après vous, à quoi est dû cela?

J’ai pitié de cette génération d’artistes car tu vois des hommes, de jeunes chanteurs très efféminés qui portent des habits qui montrent leurs corps, des boucles d’oreille, bagues et bracelets clinquants. Ils n’ont plus de respect pour personne. Et la musique telle que jouée aujourd’hui, a été pour beaucoup dans la perte des valeurs, de la dégradation des mœurs. Les thèmes chantés dans cette musique laissent beaucoup à désirer.

Quel est le projet le plus imminent d’Elhadj FAYE?

Je continue toujours à faire des recherches dans la musique. Je travaille également sur un produit entièrement réalisé dans le style acoustique. Avec cette uniformité notée dans la musique dite sénégalaise, il est de mon devoir de me démarquer et de proposer autre chose.

Je ne peux terminer sans remercier Bougane Gueye Dany qui fait beaucoup d’efforts pour aider les artistes du pays. Par ce geste, il combat l’injustice et aide des talents à se faire entendre. Je lui souhaite une bonne continuation.

ACTUNET.SN

spot_imgspot_img
- Publicité -

DERNIERS ARTICLES

Articles Similaires