Cheikh Ndigel LO : « Je ne me jette pas des fleurs mais je n’ai vu aucun artiste sénégalais faire un parcours aussi rayonnant que le mien. »

- Publicité -

Cheikh Ndigel LO est un artiste chanteur-auteur-compositeur et multi-instrumentiste qui a commencé à faire de la musique au Burkina Faso en 1975 ; il a réalisé quatre albums dans sa carrière tout en sachant que son 5e est en gestation ; M. LO est l’unique artiste sénégalais dont les quatre albums ont été classés chacun consécutivement 1er  du Top 10 World Music en Europe ; il a également plusieurs singles sous sa manche dont le dernier ‘’Lu Tax’’ qui squatte les écrans des différentes chaines de télé avec beaucoup de charme. Dakarmusique.com est allé voir l’incorrigible et l’éternel Baye Fall Cheikh LO à Keur Massar pour une entrevue inédite. Entretien.

Dakarmusique.com : vous avez commencé votre carrière comme instrumentiste au Burkina Faso avec le Volta Jazz.
Ça, c’était en 1975 et pour la première fois que je tenais un micro avec le Volta Jazz, mais j’ai aussi joué de la batterie, du Congas bref tout ce qui était rythmique dans ce groupe.

Dakarmusique.com : à vos débuts vous étiez  aussi très Salsa.
En fait j’ai commencé la variété africaine avec le Volta Jazz, il y avait un melting-pot impressionnant parce que figurez-vous que ce groupe était composé d’ivoiriens, de burkinabais, de ghanéens, de congolais, guinéens ; c’était un carrefour  où toutes les ethnies se croisaient, alors c’est naturellement vue les composantes que nous jouions toutes les musiques africaines. C’est là où j’ai commencé et cela se reflète par rapport à ma musique.

Dakarmusique.com : Cheikh LO n’a jamais été trop mbalax.
Etre mbalax ! Heureusement que j’ai eu la chance de ne pas l’être et je n’ai jamais souhaité l’être, parce que si vous regardez bien, il y a jamais eu de distinction pour le pur mbalax depuis que je connais le pur mbalax. YoussouNdour était le roi du mbalax, mais son disque d’or avec ‘’Seven Seconds’’  il ne l’a pas eu avec du pur mbalax, idem pour Coumba Gawlo avec ‘’Pata-Pata’’. Quel mbalaxman a eu un disque d’or ou est entré dans les chartes européennes avec du mbalax ? Aucun !

- Publicité-

Dakarmusique.com : on dit que vous avez enclenché le mouvement World Music au Sénégal !?
Ah oui je le confirme, et cela pas qu’au Sénégal. Les quatre albums que j’ai à mon compte, chacun d’eux, à sa sorti avait été classé 1er dans le Top 10 de toute l’Europe. Et je pense qu’il n’y a pas plus grand mérite que cela dans la musique si réellement on veut dire la vérité, car les archives sont là pour le prouver. Comment peut-on avoir toutes ces distinctions : 1er album 1er dans le Top 10, 2e album 1er dans le Top 10, le 3e idem et le 4e aussi, et jamais d’encouragement pour Cheikh LO, jamais de la vie quoi ; j’ai l’impression qu’il y a des faveurs pour d’autres, j’en suis sûr que si c’était été une autre personne qui n’eut qu’était classé 6e ou 7e dans le Top 10 européen, ils l’auraient accueilli à l’aéroport pour faire du bruit, le médiatiser au maximum et pourtant j’ai confié à je ne sais combien de radios et de télés ces infos, mais ils n’ont jamais fait passer l’information. Cheikh LO à travers ses œuvres est panafricain, il est sorti du cadre sénégalo-sénégalais, c’est une chance pour le Sénégal parce que jusque là je n’ai jamais vu ces prétendus ténors de la musique sénégalaise figuraient dans le Top 10. Salif Keita est une légende, mais il est 6e dans le classement alors que moi avec mon dernier album ‘’Jamm’’ je suis 1er. Si c’était Salif qui occupait ma place je suis sûr  que les maliens allaient faire beaucoup de bruit, mais pourquoi pas Cheikh LO ?

Dakarmusique.com : le Ministère de la culture y serait-il pour quelque chose ?
Je pense que notre culture doit revoir cela, ne serait-ce que pour lancer de symboliques « on vous encourage ». Je sais qu’ils ont des fonds qu’ils remettent à d’autres artistes qui n’ont pas fait peut-être grand-chose dans ce milieu musical, c’est une injustice qu’il faut dire à haute voix. Le cinéaste sénégalais qui a remporté le 1er Prix au Burkina, le Sénégal lui doit quelque chose tout comme à Cheikh LO, lui c’est sa 1re alors que moi j’en suis à ma 4e consécutive. Toutefois je ne fais pas de cette récompense un droit absolu, mais c’est une remarque qu’il fait faire. Tous les artistes rêvent d’intégrer la cours des grands, moi j’y suis depuis longtemps je ne  boxe pas dans la petite catégorie. Je ne me jette pas des fleurs mais je n’ai vu aucun artiste sénégalais faire un parcours aussi rayonnant que le mien, et même pas le semi-parcourt : quatre albums consécutifs classés chacun 1er dans le Top 10 World Music. Le Ministère de la Culture devrait aujourd’hui voir ceux qui font du bon boulot dans tous les domaines de la culture pour les encourager, il y a des fonds prévus pour cela, si ces fonds ne sont pas investis dans les distinctions des artistes, où est-ce qu’il va les investir alors ? Je pense que c’est tout ce que ce que j’avais à dire.

Par Moustapha KORERA, DAKARMUSIQUE.COM
[email protected]

spot_imgspot_img
- Publicité -

DERNIERS ARTICLES

Articles Similaires