neega-massNeega Mass est connu ou du moins il se distingue de son combat qu’il mène à travers la musique rap, et dont ses lyrics très engagés le peignent comme un rappeur œuvrant pour la cause panafricaine. Il évolue en carrière solo depuis plus d’une dizaine d’années, et il a à son actif deux albums et un single. Si d’aucuns le qualifient de rappeur, d’autres, estiment que c’est un ‘’slammeur’’, mais le bonhomme se dit  « Afro-parleur », qui donc oriente son style musical vers la connaissance, en puisant dans le patrimoine historique et culturel africain. Il a ainsi forgé une sorte de personnalité dans la musique, chose qui lui a permis d’avoir cette liberté de ton qu’il j’exprime à travers un paradigme hérité de nos ancêtres, qui se sont battus pour que l’Afrique ne soit plus un berceau de souffrances, mais plutôt un berceau de l’humanité et de l’humanisme. Dans cette interview accordée à DAKARMUSIQUE.COM, Mass se prononce  sur plusieurs points avec bonne humeur, renversement et poésie. Entretien.

Dakarmusique.com : on vous reproche de faire carrière de l’extérieur, qu’en pensez-vous?

Ah bon ? Vous me l’apprenez !  Je fais carrière à l’intérieur, car ma musique reste interafricaine, même si elle dépasse le continent, elle trouvera sa place dans le cœur des Afro descendants et des Africains qui se sont installés à l’extérieur. Ce qui est marrant, c’est que, ces soient disant personnes qui me le reprochent et qui sont de l’intérieur, préfèrent souvent mettre en avant ceux qui sont à l’extérieur, au détriment de ceux qui sont à l’intérieur. Et pourtant, ce sont ces mêmes personnes qui manifestent leur fierté de voir un « Akon » réussir à l’extérieur. Il y a un paradoxe qui plane quelque part !

Dakarmusique.com : Neega Mass s’est fait pousser des rastas !

Rasta ? C’est une religion à ma connaissance (rires) ! Si vous parlez de mes cheveux, je ne les ai pas planté, ils ont poussé tout seul et naturellement…

Dakarmusique.com : vue de l’extérieur, comment vous appariez le hip hop Galsen, à votre avis, il a évolué, régressé ?

Que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur, le diagnostic est le même, il y a beaucoup de talents. Le Hip hop galsen, en général, il a beaucoup progressé en terme de créativité, mais la réponse que j’avais donné il ya de cela 10 ans reste inchangée ; il faudrait beaucoup plus de solidarité, d’ouverture et d’authenticité pour que l’identité hip hop galsen soit une marque de fabrique, qui pourra être vendue dans les coins les plus reculés de la planète. En gros il progresse mais dans le mauvais sens.

Dakarmusique.com : nous remarquons également que dans vos chansons, vous vous penchez vraiment sur les inégalités Afrique- Babylone, pourquoi cette orientation ?

Je ne me penche pas dans les « inégalités Afrique- Babylone » car Babylone est une ville située en Irak, donc l’Afrique à elle seule est plus puissante que Babylone.  Si vous parlez de l’occident, c’est un sujet vaste qui mérite une réflexion poussée qui ne se tient pas dans une interview. J’oriente plutôt ma réflexion sur les questions d’identité, sur les questions concernant l’avenir du continent Africain, car de nos jours, il a été construit en Europe, aux USA et dans la caraïbes, un imaginaire négatif vis à vis des Noirs pour justifier l’entreprise coloniale néocoloniale et post impériale. Nous devons combattre ces impérialistes qui ont fait de l’Afrique un champ de bataille, (quand je dis impérialistes c’est aussi nos chefs d’états dictateurs, assassins et corrompus) nous devons nous unir et virer tous les réseaux qui veulent que l’Afrique soit un champ de ruine et qui accueille tous les déchets de l’humanité. Aussi, serons-nous 2 milliards d’habitants en 2050, nous devons nous préparer pour les défis du présent  et du futur pour nourrir, soigner, éduquer toute notre population

Dakarmusique.com : dans le même sillage vous ne faites pas dans la demi-mesure, vos textes sont vraiment crus.

Oui effectivement, quand j’écris les textes la mesure est complète même si parfois le morceau se termine par une demi-mesure. Je ne fais pas semblant, je ne caresse pas et je n’ai aucun complexe à dire les choses. Ma devise c’est vaincre le mal par la racine même si ça doit faire mal, j’utilise les mots qui guérissent les maux. Si vous avez une douleur et que vous allez chez le docteur, il va certainement vous piquer et vous faire un traitement qui risque de faire très mal, si vous acceptez, c’est que vous vous êtes apte à accepter ma thérapie.

Dakarmusique.com : vous étiez au Sénégal, vous avez fait des concerts et des plateaux, quelles conclusions vous en tirez ?

Dans l’ensemble ça était !  Le plus important pour moi c’était d’être parmi les miens, me rapprocher des réalités du pays et de partager des bons moments avec mes proches, cependant j’ai eu à faire des émissions télés qui n’ont malheureusement pas été avantageuses, car certains journalistes ne m’ont pas laissé développer  sur la sortie de mon single, et que beaucoup de gens ont trouvé dommage ce manque de respect. Je pense que le texte aussi fait peur à certains.

Dakarmusique.com :parlez-nous de votre son ‘’Enfant du Nil’’.

Ce single a pour but de revisiter l’Égypte antique, la Nubie, l’Ethiopie et le Soudan à travers un long morceau, qui retrace certains faits marquants de l'Afrique impériale. Ce sont des éléments historiographiques qui manquent dans notre univers artistique etbeaucoup de personnes ignorent. Je tiens à préciser qu’il ne s’agit en aucun cas de se focaliser sur les merveilles de notre ancienne civilisation, mais plutôt de restituer notre patrimoine historique et culturel, afin de balayer des théories hasardeuses qui dénigrent l’Afrique, son histoire, son identité. C’est dans ce sens que Cheikh Anta Diop disait « l’impérialisme, tel le chasseur de la préhistoire, tue d’abord spirituellement et culturellement l’être, avant de chercher à l’éliminer physiquement. » Si on nous tue historiquement, nous sommes déjà morts intellectuellement et on arrivera à rien faire. Neega Mass a décidé de faire partie de ces boucliers qui veillent sur nos temples.

Dakarmusique.com : le visuel de cette chanson est très original, est-ce le talent de votre réalisateur ou est-ce le fruit de votre inspiration ?

La réalisation du clip a été très technique et cette vidéo nous a pris presque six mois. Nous avons représenté en 3D les vestiges de l'antiquité et quelques figures emblématiques de nos ancêtres de la vallée du Nil, et en dehors de la technicité, il a fallu de la compétence en infographie, en vidéographie, et en design. Le réalisateur du clip, "Videomotion3Design" est un sénégalais très compétent que a fait toute l’architecture, puis a fait le montage et les animations en 3D. J’ai participé aussi à la mise en scène, au découpage, et à l’orientation de mon texte vers les images de transition… Je dirai que le plus gros travail revient au réalisateur que je remercie au passage pour son talent et sa persévérance.

Dakarmusique.com : quels sont vos objectifs à court et à long termes ?

Je suis actuellement en studio pour la préparation de mon troisième album qui risque de prendre plus de temps que prévu. Il y aura encore beaucoup de surprises, de travail, de recherche que ce soit au niveau des textes, mais aussi de la musique. Entre temps, je continue à monter mes spectacles, et d’être actif sur le continent Africain afin de participer à des projets concrets.

Dakarmusique.com : votre mot de la fin ?

Un mot ne suffit pas pour finir l’interview, mais je pense que si je commence à remercier toute votre équipe « Dakarmusique.com » vous m’accorderez quelques lignes supplémentaires. Je tiens également à remercier toutes les personnes qui me soutiennent dans ce combat, car sans eux rien n’est possible, à mes frères de couleurs et de douleurs, à mes partenaires comme couzinsdafrique, et tous les réseaux panafricains tels que AUSAR, la Ligue Panafricaine Umoja et pleins d’autres structures que je ne pourrai point citer.  One God, one Aim One Destiny.

Moustapha KORERA, DAKARMUSIQUE.COM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.