woz-kalyWoz Kaly est un auteur, chanteur, interprète et guitariste ; bercé et forgé en musique au Misaal, d’où par ailleurs en tant que lead vocal, il s’y est affirmé comme l’un des artistes sur lesquels il faudra compter sur le paysage musical du Sénégal. Champion de l’afro-fusion, Woz se singularise par le métissage musical qu’il prône, tout en des sonorités, il entend embrasser toutes les cultures. Au courant de l’entrevue accordée à dakarmusque.com, l’artiste se confie à cœur ouvert. Entretien.

Dakarmusique.com : les news de Woz Kaly ?
Mes news, c’est plus le fait que je prépare mes concerts du 3, 4 et 5 avril ; j’appelle tout le monde à venir me voir, je jouerai à l’Institut Français, ensuite au Just4U, à Saint-Louis et enfin à Terra Nostra.

Dakarmusique.com : comment faites-vous pour allier votre origine culturel et votre  musique ?
Mon origine culturel, c’est la musique ; je fais du métissage, bref appelons ça l’école Misaal. En faisant notre musique, nous aimons en même temps aller voir ailleurs, je suis dans l’afro-fusion, c’est mon boulot et j’ai l’habitude de le faire.

Dakarmusique.com : l’afro-fusion, est un terme bien en vogue, parlant de votre musique, on dit que vous faites du métissage sonore.
Oui les gens peuvent dire cela, moi, je considère que ma musique est un tableau, libre à chacun d’interpréter mon œuvre d’après sa compréhension. Certains diront que c’est de l’afro-fusion, d’autres de l’afro-jazz, de mon coté, je considère juste que je fais de la musique.

Dakarmusique.com : parlez-nous de votre morceau « Yewou Roti » ?
Cette chanson est un hommage aux femmes africaines, à propos des difficultés qu’elles éprouvent pour se procurer de l’eau. Je pense qu’on ne prend pas assez en compte la richesse des femmes dans le monde ; d’ailleurs, dans la pérennité, je suis entrain de faire un nouveau morceau « Limay Téré Nélaw », qui s’insurge contre l’excision.

Dakarmusique.com : parlons toujours de cette chansons,  on s’aperçoit qu’elle est très soft, en écoutant les chœurs, on a l’impression que c’est une chorale.
Oui j’aime bien les chœurs, parce que c’est l’école du Misaal, de Touré Kunda, de Xalam etc. les voix sont des choses que j’aime beaucoup, les chœurs j’adore ; je trouve qu’au Sénégal, les gens n’accordent pas l’importance et l’attention qu’il faut aux chœurs.

Dakarmusique.com : durant toutes ces années, votre voix est restée la même.
Je remercie le Bon Dieu, je crois que c’est un bienfait qu’Il m’accorde !

Dakarmusque.com : que pensez-vous des chanteurs de votre génération Touré Kunda, Xalam etc. ?
Ils sont toujours là, ce sont des grand-frères qui nous ont montré le chemin à emprunter ; on ne peut que les remercier, vue les innombrables choses qu’ils nous ont apporté. Je leur témoigne le plus grand respect qui puisse être.

Dakarmusique.com : peut-on espérer une renaissance du Missal ?
Ah bien sûr, nous sommes toujours là, le Misaal va revenir, le Misaal existe toujours ! Vous savez nous sommes des amis d’enfance, on se téléphone etc. et quand nous sentirons le besoin de refaire quelque chose comme en 2010, on le fera.

Dakarmusique.com : mot de la fin ?
Merci beaucoup à dakarmusique.com pour tout ce que vous faites pour la culture, la musique etc. c’est important qu’il y ait des sites comme le vôtre où les gens peuvent aller voir ce qui se passe à propos de la musique sénégalaise.

Par Moustapha KORERA, DAKARMUSIQUE.COM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.