fallou-dieng-5Avec 19 albums sur le marché national et international, l’ambianceur incontesté et incontestable de la musique sénégalaise, Fallou Dieng, s’est fait désiré par les mélomanes. Pour marquer son retour, il promet pour bientôt son 20eme opus intitule « Momé vent ». Dakarmusique.con est allé à sa rencontre pour un entretien au cours de laquel il nous parle de son absence, de son nouveau single, de l’album en perspective  etc. entretien.

Dakarmusique.com : que représente, pour vous, plus de 20 ans de carrière?
J‘ai fait 23 à  24 ans de carrière musicale et cela m’a permis d’avoir une grande expérience avec notamment des  haut et de bas moments. Aujourd’hui je partage cette grande expérience avec mes jeunes frères et sœurs du milieu mais aussi avec le monde de la musique.

Dakarmusique.com : comment expliquer cette longue absence de Fallou ?
Il faut savoir toujours se retirer au moment opportun surtout après une production musicale réussie dans la mesure où un produit a une durée de vie. Les gens ont dit beaucoup de balivernes par rapport a mon silence qui a même fini par créer un certain buzz. Ceci peut s’expliquer par l’amour qu’ils me portent ou bien aussi par la régularité que je les ai habitués.

Dakarmusique.com : nous avons constaté que Fallou a délaissé le mbalax pur et dur au profit de la musique Folk !
C'était juste un passage dans ma carrière d’artiste et je pense que nous pouvons faire la musique Folk-acoustique en même temps que le mbalax. Beaucoup de nos ainés ont déjà expérimentés cela. De mon coté, je peux le faire surtout avec les expériences que j’ai acquise. Je peux faire n’importe quelle musique, ce qui est important ce sont les ambitions de la personne. Il ne faudrait pas que l’on se limite au mbalax, nous devons montrer que nous pouvons faire d’autres genres musicaux. Moi, par exemple, j’ai commencé par la musique arabe et je n’aurai jamais imaginé qu’un jour je deviendrai un chanteur mbalax célèbre.
C’est pourquoi nous avons eu à travailler d’autres expériences musicales qui n’ont rien à voir avec le mbalax et nous avons  formé le groupe Fallou Folk qui n’est pas trop connu au Sénégal. J’ai fait des tournées afterwork avec Madou Diabaté, nous avons enregistré dix morceaux dont la sortie a été freinée  suite au décès de ce dernier qui m’apportait le coté technique dont j’avais besoin. Les gens n’ont pas su faire la différence d’avec Fallou et le DLC en disant que j’ai arrêté la musique alors que je l’avais bien souvent expliqué.   J’ai pris du recul pour retravailler sur l’album que je prépare depuis l’année dernière et qui va être la somme de sonorités qui sont à cheval entre les deux générations dont je suis au centre. Ce sera quelque chose qui n’aura rien à voir avec ce que l’on retrouve d’ordinaire sur le marché.

Dakarmusique.com : Fallou a pris le temps nécessaire pour concocter un album que tout le monde attend. Pouvons-nous avoir une idée du contenu de « Momé vent » ?
Bien avant 2012 j’ai senti qu’il devrait avoir un changement notoire pour le nouvel opus. C’est la raison pour laquelle j’ai travaillé sur le contenu de « Momé vent » qui parle en gros des changements intervenus dans le monde avec notamment la chute de grands noms de la scène politique nationale et internationale, des changements dans le monde du sport également etc. C’est ce qui est à l’ origine du concept de Momé vent.

Dakarmusique.com : votre nouveau single Dieeuf passe sur le net et les ondes des radios. Parlez-nous de ce titre !
Il y a des personnes qui ne savent faire que du bien. C’est pourquoi je dis que « dieeuf diou bakh amna fay » (un acte salutaire est toujours rétribué a sa juste valeur) et aussi, le bon Dieu le récompensera pour son acte. Mais également « dieeuf diou booon amna fay » (un acte ignominieux a aussi un prix).  Je termine par une analyse pour dire que nul n’est parfait avant de prier Dieu de faire de nous des hommes de biens. J’ai dédié cette chanson aux hommes spirituels qui ont eu à faire de bonnes choses de même qu’aux figures qui investissent dans le social. Je veux montrer que, avec Fallou, l’ambiance est garantie au même titre que le message. Les titres  tels  « Alaal » (la fortune) qui est une reprise, « ma fiit », « niit ki » (la complexité de l’être humain) sont autant de titres qui figurent dans l’album et qui sont pour bientôt.

Dakarmusique.com : Fallou est un propulseur de carrière avec Papa Ndiaye Thiopet, Pape Ndiaye Thiou danseur ... qu’est ce que cela vous fait ?
Ca ne peut que me rendre fière. Je pense que toute la crème de la musique sénégalaise a eu à passer par moi. Ce n’est pas pour me vanter mais c’est Dieu qui en a décidé de la sorte, j’en suis fier et je le remercie. La musique sera tôt ou tard entre les mains des jeunes et je ne peux que les encourager et les accompagner dans la mesure du possible.

Dakarmusique.com : jadis on pouvait dire que Fallou Dieng est le chef d’état major des ambianceurs, un autre roi du mbalak, du yela etc. qu’est ce qui explique le manque de flexibilité ou d’identité de la nouvelle génération ?
Autrefois, dans le domaine musical, c’est des albums qu’on sortait  et qui se préparaient dans l’intervalle  8 mois et 2 ans.  De plus l’artiste avait un groupe avec qui il travaillait musicalement jusqu’à ce que les automatismes se trouvent et que le style soit huilé. C’est cette musique de qualité qui faisait que l’artiste se trouvait un style propre. Toutefois, il va être difficile pour la nouvelle génération d’avoir un style en ce sens que c est une machine qui tourne. Ce sont les mêmes instrumentistes qui jouent quasiment pour tous les artistes. C’est tout à fait normal que l’artiste se bat pour apporter une image, une couleur qui lui est propre. De ce fait, il suffira d’entendre une musique sans la parole pour dire que c’est la musique de tel artiste. Dommage que cette tendance disparaisse dans la musique !

Dakarmusique.com : votre identité  musicale fait qu’à  chacune de vos sorties d’albums, il y a un hit accompagné d’une danse. Allez-vous déroger à la règle ?
(Rires) la nouvelle danse à venir est Gora Compas, la danse du compas. Gora compas est la suite logique de la chanson « ma fiit ». Gora est un concept qui représente autres choses encore par rapport au morceau « Momé vent ». C’est une surprise à découvrir pour bientôt et je peux vous assurez que Gora va laisser des traces.

Dakarmusique.com : quels sont vos projets à court terme ?
Je prépare mon grand retour, les gens ont envie de me revoir sur scène, ce qui  fait que je suis en pleine répétition. L’album a été répété et enregistré pour dire que ce n’est pas de la musique électronique mais il s’est fait avec des professionnels de la musique comme Laye Lo, Moustapha Faye, Assane  Seck qui est venu des états unis spécialement pour le travail de l’album  etc. on prépare les vidéos et très bientôt je vais annoncer la date de sortie.

Par Abdoulaye Diaw, Dakar Musique
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.