notes_de_musiqueAu Sénégal, le recadrage de l’apprentissage de la musique devra se faire selon les réalités et exigences du milieu socio-culturel de l’apprenant. Les enseignements tels que dispensés actuellement dans leur nature par l’Ecole Nationale des Arts (fusion du Conservatoire de musique, de l’école des Beaux-arts et de l’Institut de Coupe et de Couture) ne font que reprendre les programmes pédagogiques français dont la plupart ne sont point adaptés aux attentes. De ce fait, ceux qui en sortent ne deviennent dans leur majorité que des enseignants avec une technique théorique dépassant de loin leur connaissance de la pratique des instruments.
Partant de ce constat, l’Association des Salseros du Sénégal présidé par M. Latfi Ben Geloune a décidé, en partenariat avec le Goethe-Institut Dakar, de mettre sur pied un projet dénommé « CENTRE D’ECHANGES MUSICAUX » dont l’objectif premier est justement d’en arriver à ce recadrage de l’apprentissage de la musique. Les cibles seront les jeunes de 6 à 18 ans (en échec scolaire ou non) auxquels il faudra ouvrir, dans un environnement frappé par le sous-développement, le champ intellectuel vers l’abstraction par l’apprentissage des arts et plus particulièrement de la musique. Il s’agira ainsi de mettre un terme à l’anarchie et à la médiocrité constatée dans le milieu artistique à travers la vulgarisation et l’élargissement des connaissances dans les domaines satellites du son et l’incitation à la pratique d’un instrument de musique.

Cette formation qui sera qualifiante s’étendra sur une durée de 12 à 36 mois et dotera les stagiaires de compétences techniques indispensables à leur insertion.

Ce projet ambitieux sera lancé ce jeudi 4 novembre 2010 à 16 heures au Goethe Institut, sis au Point E, Rue de Diourbel lors d’un « Kick-off Event ». Lequel se déclinera en une conférence suivie de débat sur l’éducation musicale. Elle se fera en compagnie du Prof. Dr Barbara Busch, professeur d’éducation artistique à l’Académie de musique de Würzburg ; de M.Oumar Ndao, Directeur du Département Education et Culture à la Mairie de Dakar ; de M. Bernard Bangoura, professeur à l’école des Arts de Dakar ; mais aussi de Latfi Ben Geloune de l’Association des Salseros du Sénégal.