Où sont passés les centaines de millions?
ngone ndourAu terme de l’assemblée générale tenue en 2014 au King Fahd Palace, la Société de droits d’auteurs et droits voisins (SODAV) a été créée. Et quelques mois plus tard, les membres du Conseil d’Administration de la SODAV ont été désignés. Ensuite, le Conseil d’administration installé a tenu une réunion en mars 2014 à l’issue de laquelle, la jeune réalisatrice Angèle Diabang a été élue, Présidente du Conseil d’administration par ses pairs. Du coup, dans les délais raisonnables, il devait y avoir la passation de service tant attendue entre le Président du Conseil d’administration du Bsda, M Aziz Dieng et la Présidente du Conseil d’administration de la Sodav, Mme Angèle Diabang. Ce qui ne fut pas car Aziz Dieng a joué au dilatoire. Après plus de deux ans, Mme Angèle Diabang démissionne et note dans sa lettre de démission. « De manière générale, toutes les étapes nécessaires à la mise en place de la SODAV ont été menées avec succès, sans moyens de fonctionnement, ni locaux de travail ». Elle s’est plainte donc de ne pas faire la passation de service avec le Président du Bsda M Aziz Dieng qui a accaparé les moyens de fonctionnement (véhicule, dotation en carburant, téléphone).


Après l’intérim assuré par l’écrivain Seydou Sow, voilà que Ngoné Ndour, productrice Prince Art, proche de Fekke maci boolé est élue, à cause d’un lobbying, Présidente du Conseil d’administration de la SODAV. Ce sera au détriment de milliers d’artistes qui ne verront pas l’utilité de la Sodav qui va servir plus aux artistes du Groupe Prince Art et d’autres, suivez mon regard. Après le départ du Directeur général Fekke maci boolé, arrive la Pca Fekke maci boolé car le 6 octobre 2016, les deux directeurs généraux sortants et entrants ont effectué leur passation de service.
Notre indignation-interpellation est liée au constat amer. Le Président du Conseil d’administration du Bsda, M Aziz Dieng refuse systématiquement de faire la passation de service. M Aziz Dieng s’entête à passer le relais alors que le Bsda n’existe plus. Les raisons, depuis plus de dix ans, le Pca du Bsda a fait une gestion opaque, nébuleuse et solitaire du Fonds social du Bsda et pourtant destiné aux artistes qui rencontrent des difficultés de santé ou sociales. 12 millions par pendant plus d’une décennie. Où sont passés ses fonds sociaux. Déjà des prêts d’un montant de 50 millions de francs Cfa ont été décélés par des membres du Conseil d’administration du Bsda et sans justification. Or les textes interdisent formellement le prêt.
L’Omart exige un audit rigoureux au fonds social depuis que M Aziz Dieng est nommé Pca du Bsda. Un fonds qu’il a géré seul sans associer des membres du Conseil d’administration du Bsda. Il signait les chèques sans donner des justifications. Des centaines de millions en l’air qui ont échappé aux ayants droit. Dans ce contexte de transparence, de gestion vertueuse des fonds publics surtout ceux des créateurs, l’Omart interpelle l’Etat pour l’audit du Fonds social. Au moment où des artistes sont en difficulté. L’Omart saisit également l’Ofnac pour qu’une enquête judicieuse soit effectuée sur ce fonds social.
L’Omart exige la tenue du Conseil d’administration du Bsda et la passation de service entre les Pca.L’Omart qui œuvre pour le respect et la dignité des artistes de toutes discipline ne ménagera aucun effort pour que les artistes entrent en possession de leurs dus et de leurs droits.

L’Omart
Le Bureau Exécutif
Le Président
Abdoulaye Mamadou Guisse