thiat keurguiLa petite histoire d’une bande de copains qui a commencé à Kaolack fait le tour du monde. Le soleil semble bien au zénith pour le groupe Keur Gui, qui après Marseille, enchaîne dans le cadre de la célébration de leurs 20 ans de scène, des spectacles à Berlin, Copenhague, Madrid, Amsterdam…Etats-Unis.

Dans un entre tien accordé au journal le Quotidien, Thiat, est revenu sur les débuts difficiles d’une carrière parsemée d’embuches du groupe Keur Gui. « Il y’a 20 ans on faisait un concert devant chez Kilifeu avec de la clôture de paille et l’entrée était à 250 CFA. On a eu 4 personnes pour voir ce concert. Et c’est la maman de Kilifeu qui avait acheté les 4 billets. Il n’y avait personne d’autre ». Se rappelle Thiat
Et, Kilifeu m’a dit ce jour-là, «un jour on vendra un billet à 1million pour nous voir. Il faudra payer 1 million… ». Cela, 20ans après on l’a fait. Cela veut dire qu’on y a toujours cru. Poursuit il
Et selon l’artiste ce n’est que le début du commencement. « Tant qu’on reste ce que l’on est, tant qu’on continue à faire ce que nous faisons comme nous le faisons, je pense que le meilleur reste à venir »
Apparemment Keur Gui ne compte pas s’arrêter en si bon chemin car l’objectif est de glaner des Grammy, des disques d’or, tout ce qui est comme placement en matière d’artiste et « nous ne ménagerons aucun effort pour les obtenir » précise Thiat.

Abou BA