sima-2014Les rideaux sont tirés pour la seconde édition du SIMA (Salon International de la Musique Africaine)  organisé à Dakar les 20, 21 et 22 Novembre 2014, après Yaoundé en 2013.
Pendant trois jours, producteurs et professionnels de la musique et de la culture se sont donnés rendez-vous à Dakar pour la fête de la musique africaine avec un programme à la fois riche et diversifié.
Apres la cérémonie d’ouverture pour la journée du Jeudi, s’est tenue une table ronde sur  l’économie de la musique dématérialisée et un speed meeting qui a été l’occasion pour les artistes et professionnels de s’entretenir et d’échanger sur d’éventuel partenariat. Par la suite, le premier show case peut commencer, toujours à la Maison de la Culture Douta Seck, avec le sénégalais Ophis du label Wakh’Art Musique (WAM) qui nous a gratifié d’une belle performance, suivi de nos amis du béninois et de Ablaye Cissokho.
La fête se poursuit au Just 4U avec l’emblématique Mao Otayek qui a ravie l’audience avec un spectacle digne de son rang. Abdoulaye kouyaté, qui vient de sortir son album DEGGLU, a assuré la première partie.
Toujours dans le même canevas, la seconde table ronde portant sur : la copie privé, une source de financement pour les ayants droits, s’est tenue à la Maison de la Culture douté Seck le Vendredi 21 Novembre de 10h à 11h30. Elle est suivie d’un atelier « rencontre avec Zone Frange, le réseau des musique du monde » et la présentation de « Music In Africa » clôturé par  un mini concert avec l’incontournable Noumoucounda cissokho.
La soirée musique peut reprendre son droit avec Afrikan Protokol (un groupe composé de burkinabais et de Belges), I Science du Sénégal et Sangue Bi qui ont fait feu de tout bois lors du show case qui a, par la suite, cédé la place au concert avec Saintrick du Sénégal, Neuza du Cap Vert, Ombre Zion et Takeifa qui ont montré, encore une fois de plus, qu’ils étaient des bêtes de scènes.
La dernière journée du SIMA débute par un « marché de la musique » qui a été d’une grande richesse tant tous les secteurs de la vie musicale voire culturelle du pays y été représentés. Et comme tous les après Midi, les artistes Hyde du Sénégal, Alima du Cameroun et Ibrahima Cissokho du Sénégal on été à l’honneur lors du show case.  Et c’est la gagnante du prix découverte RFI, Maréma, qui ouvre le bal pour le concert avec une très belle prestation avant de céder le tréteau à Nix qui enfonce le clou avec une production dont lui seul a le secret.
Avant l’arrivé de la légende Péne, c’est au tour de Xuman de partager son science avec un public venu nombreux et acquis à la cause. Omar Péne peut ainsi clôturer de la plus belle des manières la seconde édition du Sima, et les mélomanes qui ont fait le déplacement, pendant ces trois jours de la fête de la musique, ne l’ont pas regretté. Pour une durée de trois jours, Dakar a été la capitale la musique africaine et le prix du Béma est revenu à la gagnante du prix découverte RFI Maréma (Sénégal) et, le prix du Jury, remporté par Afrikan Protocol du Burkina et de la Belgique qui ont fait sensation.
Cécile Rata, coordinatrice générale du Sima, se dit « satisfait et comblée de joie, tout s’est bien passé, le public est venu nombreux, les artistes, producteurs et professionnels ont répondu présent, des liens se sont noués donc je ne peux être qu’heureuse et fière ».

Abdoulaye Diaw, Dakar Musique
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.