sima-2014La deuxième édition  du Salon International de la Musique Africaine (SIMA) se tient à Dakar du 20 au 22 Novembre 2014. C’est ainsi que s’est tenue, ce Mardi 18 Novembre  au Just 4u une conférence de presse pour  la présentation du sima et des différentes activités.
Sur la table pour la présentation on peut noter la présence de la Coordonnatrice Générale Cécile Rata, Erick Beya du Burkina Fasso, Rokhaya Daba Sarr (Directrice du Festival Africa Fête et Secrétaire Générale du SIMA), Madame Sarr Niang (Directrice de la maison de la Culture Douta Seck), et Aicha Dème la représentante de Music In Africa.

Prenant la parole, le burkinabé Erick Beya définit  le SIMA comme étant  « la fête de l’intégration africaine par le biais de la musique ». A sa suite, la Directrice de la maison de la Culture Douta Seck, Madame Sarr de déclarer toute sa joie d’accueillir le SIMA qui fait « la promotion de l’industrie de la musique africaine ».
Dans la même veine, la coordinatrice générale du SIA à savoir Cécile Rita dira que « le but du SIMA est de faire voyager  la musique africaine et les artistes africains à l’intérieur de l’Afrique ». Aicha Dème, représentante de Music In Africa lui emboite la pas en donnant comme vocation à sa structure le fait d’ «  échanger et de créer le maximum de partage entre artistes africains ».
Ainsi, plus de 20 groupes, d’Afrique et de la diaspora, vont se produire pendant trois jours en concerts publics et gratuits. Un marché de la musique, des stands d’expositions pour les professionnels, des tables rondes, des ateliers, des speed meeting, des remises de prix etc. Bref toutes les facettes de la musique africaine vont être célébrer par le SIMA pendant trois jours d’échanges et de musique au cœur de la capitale sénégalaise.
Les rencontres professionnelles, organisées en amont des concerts, réunissent une centaine d’operateurs afin d’analyser les mutations du secteur musical africain et ses enjeux dans la croissance économique du continent.
Ces rencontres vont accueillir deux tables rondes, la première sur l’économie de la musique dématérialisée, la seconde sur la copie privée. Les rencontres vont également comprendre un atelier avec le réseau Zone Frange, venu en délégation spéciale dans le cadre des franconnexions.

Abdoulaye Diaw, Dakar Musique
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.