takeifa-47Le soir du 21 mars 2014 aura marqué le retour triomphant du Takeifa au Grand Théâtre National. Après plusieurs mois de répétitions, voici venu le grand soir ; l’honneur fut accordé à l’animateur Mic de la RDV d’introduire magnifiquement, cela en connivence avec le public venu en très grand nombre, le Takeifa.

Il est 23H, la régie baisse la lumière, un slameur sort du public, projection sur l’artiste, dans la magie des mots, il déclama des alexandrins, entre autres on pouvait retenir « l’Afrique des guerriers, l’Afrique n’est pas le continent des froussards … » de rebondissement en rebondissement, l’hymne national retentit en guitare, les rideaux sont tirés, puis batterie, guitare solo, guitares acoustique, guitare basse, Jembé etc. pondèrent une mélodie enivrante avec la parution de Jac & du Takeifa, le tout avec une standing ovation du public, le show est parti sur des chapeaux de roues. Ça vibre, ça saute, ça chante à tue tête, le Takeifa nous fait du hard rock, le genre Nickelblack à la sénégalaise dans le son, dans le style du genre  Linkin Park avec les rimes de l’un des frères rappeur. Incroyable mais vrai, le Takeifa n’a pas de limites dans les sonorités, car des résonances nationales s’invitent au show, Doudou Ndiaye Rose avec son orchestre, la diva Soda Mama Fall gratifient les spectateurs tout acquis à leur cause d’une prestation énorme. En coulisse, la diva confiera à dakarmusique.com que « Dolé, Jac & le Takeifa Nio Beuri Dolé, ces jeunes ont caché à tout ce dont ils sont capables, faudra les pousser en avant. »
Après ce passage tonitruant, le show reprend dans la marmite acoustique, touillée par du saxophone ; plus tard Simon rejoignit Takeifa sur scène.
On croyait être au bout de nos surprises pour ce soir, mais non, Jac et le Takeifa migrèrent vers la musique de Bobo Marley ; une voix pure, forte et à la gamme étonnante se fit entendre, c’est Baba Maal qui surf sur la vague reggae du Takeifa, clairement c’est l’apothéose du spectacle. Ensuite destination les îles, eh oui du Batuka à la sauce Takeifa à fond le Grand Théâtre. Enfin, des remerciements de Jac à tout le monde, un dernier morceau encore pour faire vibrer une énième fois le Grand Théâtre, c’est ainsi que le spectacle toucha à sa fin.
Pour l’essentiel, le show s’est bien passé, l’accès au Grand Théâtre a été facilité par l’organisation, juste signaler le péché mignon des sénégalais, jamais à l’heure, la soirée a pris près de 2H de retard avant de commencer.

Moustapha KORERA, DAKARMUSIQUE.COM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.