websterEn ce 18 mars 2014, Webster, le rappeur Sénéqueb (sénégalo-québécois) a tenu une conférence de presse à l’ambassade du Canada. De son vrai nom Aly Ndiaye, l’artiste est connu pour être un infatigable combattant de la cause antiraciste. A cette rencontre de Webster avec les journalistes, Matador, le graffitiste Docta etc. sont venus témoigner leur soutient à Webster.

La musique rap a tendance à monter au créneau avec des messages hardcore, mais à part cette manière de faire, « le rap est avant tout un moyen de faire marcher les méninges » dit Webster, et comme très souvent « je le répète, c’est un mouvement littéraire, parce que les gens ne remarquent que le côté rue, le coté criminel, le coté problématique » renchérit-il. A son avis, « c’est très rare qu’on souligne le côté créatif du rap, son côté ingénieux, son aspect éducatif. » et plus que tout, s’il y a un rôle qu’il faut attribuer au rap, le sénéquéb estime que « le rap est un facteur de cohésion social » ; pour citer un exemple immédiat, il ne va pas chercher loin, « cela est vérifiable au Sénégal, on l’a vu ici durant les élections, où les rappeurs ont beaucoup contribué à soulever la société civile. » ce qui importe à Webster, ce n’est ni de gommer l’image du rap comme véhiculant des messages violents, ni verser dans sa tendance paillarde, car « le rap permet de passer des messages qui peuvent enclencher le mouvement qui change les sociétés, et permet de toucher les couches les plus vulnérables de la société. » conclut-il.

Moustapha KORERA, DAKARMUSIQUE.COM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.