souleymane fayeA l’annonce des concerts alléchants de la semaine, celui qui devait offrir un inédit aux mélomanes était sans conteste le tréteau que se partageraient Yoro Ndiaye & Souleymane Faye le même soir. Comme à l’accoutumé, le cadre enchanteur du Just4U a été  le rendez-vous des connaisseurs pour une production unique !
Souleymane Faye a eu à jouer la première manche avec une maitrise artistique déconcertante ; tout soul, tout blues, tout acoustique, tout simplement apaisant, Jules a en termes plus clairs envoyé plusieurs séries d’avalanches mélodieuses, juste assez pour donner des frissons et des frissons aux spectateurs tout au long de sa production.

Jules Faye est réputé être très subtile dans ses chansons, voila qui a été musicalement vérifié parce que le monsieur, entré dans un habit traditionnel plutôt classe, chapelet autour du cou, debout et guitare à la main, il a à travers des paroles profondes souvent emmêlées entre sagesse et comédie réinterrogé la sincérité des relations amoureuses… ceci justifie quelque part son surnom : le professeur. Pour donner une autre envergure au show, Jules a été tout en chanson fin dans la langue Wolof, poétique en Français, parfait en Anglais et surprenant en Espagnole.

yoro ndiaye

Etonnement et satisfaction se lisaient sur le visage du public, voilà qui a bien coïncidé  avec la fin de la première partie. Yoro Ndiaye s’est présenté au public vêtu d’un Lacoste bleu assorti de mocassins bleus également. Si avec Jules Faye les choses étaient plus dans la vibe intellectuelle, Yoro est venu mettre le boxon avec plus de rythme ; la soirée a pris une autre tournure car l’ambiance est montée d’un cran. Visage plissé, un grand sourire tout en chantant, des yeux qui sortent de leur orbite, il faut croire que fièvre musicale autorise Yoro certaines torsions de sa frimousse.
Déchainé et peut-être dans sa vitesse de croisière, Yoro montre qu’il est  innovant en excitant la fibre reggae non sans oublier de lancer des messages de paix, d’union...
Ce  qu’il faut remarquer agréablement également c’est de s’apercevoir que le natif de Diourbel a ajouté des instruments traditionnels à sa musique : balafon… on croirait que l’artiste se veut universel car il flirt désormais avec l’Anglais et a exhibe son talent longtemps caché  de grand danseur ; parmi les moments forts de la soirée on peut citer la montée de Abalye Mbaye sur scène, qui a avec Yoro était sensationnel.
Yoro Ndiaye & Souleymane Faye deux styles qui se seraient mesurés au Jut4U ; en tout cas  leur façon de faire diffère et dans la chanson et dans l’animation ; est-ce la jeunesse qui se mesurerait à la vieillesse métaphoriquement parlant ? En tout cas le show a été assuré.

Moustapha KORERA, DAKARMUSIQUE.COM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.