idrissa-diopAprès sa libération, suite à une garde à vue de 48 heures et un déferrement au parquet, le chanteur, Idrissa Diop, s’explique sur les faits qui lui ont valu une incarcération. On lui reprochait d’être l’auteur d’une escroquerie au visa.

«Depuis plus de quarante ans, j’évolue dans le monde artistique, où je m’efforce de porter haut les valeurs du Sénégal qui me sont chevillées au corps. Etre artiste c’est être dans l’empathie, avoir de la sensibilité, c’est être généreux et solidaire. J’ai été amené à m’impliquer pour de jeunes sénégalais désireux de voyager, en tant qu’intermédiaire, mon rôle fut celui d’un père. L’obtention d’un visa, est soumise à de nombreux tracas et souvent remplis de « pièges » pour les non initiés, il est courant de faire appel à des personnes rompues à ces démarches qui se font connaître par le bouche à oreille. C’est dans ce cadre que j’ai été approché par des individus qui prétendaient maitriser le circuit menant à l’obtention légale d’un visa. Il s’est avéré aujourd’hui que ces personnes n’étaient rien d’autre que des escrocs», se défend-t-il, dans un communiqué parvenu à Seneweb.

«Si j’ai joué un rôle dans une entreprise illicite, fait-il savoir, c’est bien malgré moi et je le regrette. Ma responsabilité se limite à cela, raison pour laquelle je n’ai pas été retenu au-delà du délai nécessaire aux enquêteurs pour établir les faits et mener leurs investigations afin de trouver les faussaires. Je pense avoir tiré tous les enseignements de cette situation pour l’avenir».

Seneweb.com