ameth-thiouIl est réputé pour ne pas faire dans la dentelle ! Ahmed Samb alias Ahmed Thiou Jackson n’y va pas de main morte pour dire ce qu’il pense. Et quand il s’agit d’aborder le nœud de sa «discorde» avec Waly Seck, il ne met pas de gants pour indexer, certains membres du «Raam Daan». Affalé sur le sofa de son appartement à la cité Mixta, le danseur-chanteur, loin d’être avare en révélations, se lâche face à L’Obs.

Beaucoup de rumeurs courent sur vous et depuis, vous vous êtes emmuré dans un silence assourdissant. Que se passe-t-il ?

Grâce à Dieu, je me porte à merveille. Il est vrai maintenant que, depuis un certain temps, je suis en retrait de la scène, même si je viens de sortir un album «Mère Mbaya», de 8 titres, le 15 mai dernier. J’ai entamé sa promotion, mais je l’ai mise en stand by presque aussitôt, à cause du mois de Ramadan. Je vais bientôt me remettre en selle.

Qu’en est-il de votre carrière au sein du «Raam Daan» de Thione Seck où vous évoluiez comme danseur ?

Vous savez, je suis dans ce groupe depuis 2002, cela fait donc 12 longues années. J’y ai certes beaucoup appris, mais, je suis quelqu’un de très ambitieux qui cherche à avancer, quoi qu’il m’en coûte. De telle sorte que j’ai décidé de me mettre à la chanson. Je pense que j’ai été le premier à sauter ce pas-de-géant dans la formation musicale. Depuis 1990, je suis danseur, il fallait que je m’investisse dans un autre projet. Surtout que j’ai fini par me rendre compte que la danse ne me mènerait à rien de bien concret. N’empêche que si mon groupe doit jouer, je leur donne la priorité. J’ai un contrat en bonne et due forme au «Raam Daan», même si nous restons 3 mois sans nous produire, je serai le premier à être payé.

Entre Waly Seck et vous, il se dit que rien ne va plus ?

Malheureusement, nous sommes dans une époque où les gens vous mettent des bâtons dans les roues. Ils ne veulent pas vous voir évoluer.

«Ce n’est pas parce que je ne fréquente pas Waly qu’il me sort par le nez. Qu’on nous laisse en paix»

Qu’entendez-vous par-là ?

Il y a que certaines personnes m’ont mis en mal avec Waly Seckqui est un plus que frère pour moi. Son père Thione Seck est un homme que j’estime beaucoup et il me le rend bien. D’ailleurs, il le répète tout le temps, je suis sa star. Et s’il le dit, ce n’est pas pour rien. Il a vu en moi des qualités indéniables. Sans vouloir me jeter des fleurs, je suis quelqu’un de respectueux, de digne, qui a du caractère, de la personnalité et je crois beaucoup en moi, en mon talent. Ce qui fait dire à certains que je suis effronté ou imbu de ma personne, mais loin de là. J’ai intégré le «Raam Daan» 10 ans avant que Waly ne se mette à chanter. Les gens n’ont de cesse de nous diviser. Et ceux qui le font sont membres du «Raam Daan». Je le dis haut et fort, je parle en connaissance de cause…

Soyez plus précis…

Je ne citerai pas de noms, mais les gens dont je parle se reconnaîtront.Ce n’est pas parce que je ne fréquente pas Waly qu’il me sort par le nez. C’est mon jeune frère et je ne vais pas attendre qu’il ait du succès pour m’accrocher à ses basques. Etant donné que j’ai opté pour être un leader, je conçois mal d’être sous la coupe et à la merci de quelqu’un. Nous ne sommes pas des égaux. Si je m’acoquine avec lui, je ne pourrai plus lui dire la vérité en face. Ce sera d’autant plus difficile à cause de son succès. Tout le monde sait que pour faire entendre raison à quelqu’un qui est dans la gloire, ce n’est pas chose aisée. Il sait que je suis quelqu’un de très consciencieux et il le dit à qui veut l’entendre. Il me l’a dit de face, devant sa femme et des gens qui lui sont proches. Grâce à cela, il m’a même offert des sommes d’argent. Toutefois, certains voient ses largesses à mon égard d’un mauvais œil et essayent de m’écarter de lui à tout prix. Ils vont jusqu’à casser du sucre sur mon dos pour mieux se l’approprier. Encore que si c’était juste entre Waly et moi, j’aurais pu avaler la pilule. Mais, ils essayent de me diaboliser aux yeux du public. Je suis persuadé que Waly est quelqu’un de bien. Malgré les bruits de couloirs, je ne l’ai jamais entendu dire du mal de moi. Je voudrais que l’on me laisse en paix avec mon jeune frère. J’en ai parlé à plusieurs reprises avec son père, Thione Seck, mais, cela n’a pas servi à grand-chose.

Sur quoi vous fondez-vous pour affirmer que des membres du «Raam Daan» essayent de vous séparer de lui ?

Sur des faits et des gestes qui ne trompent pas. Vous savez, je ne mets pas les pieds chez Waly, c’est dans nos soirées que l’on se rencontre ou lors de nos voyages. Toutefois, les gens ont mal interprété le fait que je n’aille pas chez lui et n’ont pas hésité à faire croire du n’importe quoi à Waly. Auparavant, il venait toujours vers moi, ne serait que pour apprécier mon accoutrement ou m’écouter raconter des blagues. A maintes reprises, il est venu répondre à mes soirées. Lors de sa dernière tournée aux USA, il y a quelques mois, nous étions ensemble en de bons termes. Nous sortions ensemble, nous échangions même nos habits. Une fois à Dakar, j’ai observé un énorme retournement de situation, que je n’arrive toujours pas à intégrer. Cependant, je n’en ai pas fait cas car, je n’en vois pas l’opportunité. C’est son père qui me paye et personne d’autre. Ce qui me dérange dans l’histoire, ce sont ces personnes qui gravitent autour de lui et qui passent leur temps à nous diviser pour mieux régner. Ceux-là ont raconté beaucoup de mauvaises choses sur lui. Dieu m’est témoin, si je devais le dire ici, ils ne pourront plus se regarder dans une glace. Mais qu’ils se rassurent, je ne dirais rien. Dieu est le meilleur des juges et le temps nous édifiera tous.

Mais selon vous, quel intérêt ont-ils à vous séparer de Waly ?

Ils sont jaloux de moi parce qu’ils savent que j’irai loin et que j’en veux vraiment. Je n’ai pas tendu la main pour réaliser mon album. J’ai déboursé 6 millions de ma poche pour le mettre sur le marché. C’était difficile, mais, j’y suis parvenu. Je suis allé jusqu’aux Etats-Unis pour le faire et ce n’est pas donné à tout le monde.

«Thione et Kiné nous ont convoqués pour nous réconcilier»

Ne pensez-vous pas avoir vous-même plombé votre relation avec Waly Seck, en clamant que vous n’allez pas danser pour lui, lorsqu’il venait de débuter sa carrière ?

A ce moment-là, il y avait un froid entre nous et je me suis abstenu de ne pas aller à ses soirées. Lorsqu’on m’a posé la question, je n’ai pas hésité à dire que je ne danserais pas pour Waly, car c’est son père qui me payait et non lui.

C’est toujours le cas et pourtant il vous arrive de danser pour lui maintenant…

Effectivement, mais, il a fallu que ses parents, Thione et Kiné, nous convoquent tous les deux et nous demandent de nous réconcilier. Waly s’est levé et m’a demandé pardon. J’ai eu honte et j’ai été touché par son geste. Par la suite, nous nous sommes retrouvés.

Qu’est-ce qui était à l’origine de votre brouille à l’époque ?

Je ne saurais vous le dire en toute objectivité. Peut-être que ce n’est rien de plus que de la jalousie. Une fois sur scène, il s’est mis à chanter mes louanges comme il le fait pour d’autres. Cela n’a pas du tout été du goût de quelqu’un. Ce dernier s’est fâché et il n’a pas manqué de le faire ressentir. J’ai donc demandé à Waly de ne plus me chanter sur scène.

C’est qui cette personne ?

Je préfère taire son nom…

Que reprochiez-vous à Waly concrètement ?

De trop prêter oreille à ces personnes malveillantes. S’il a une dent contre moi, qu’il vienne me le dire en face plutôt que de le traduire en acte. J’ai, à plusieurs reprises, repoussé la sortie de mon album à cause des programmes de Waly. De la même manière, il aurait pu me rendre l’ascenseur en m’aidant dans la promotion de mon album. Il lui suffisait juste de prendre le micro lors de ses soirées et d’en parler. Mais je ne le blâme pas, ce n’est pas de sa faute.

Selon vous, Waly n’a pas assez de maturité pour faire preuve de discernement ?

Personne n’est parfait et qu’on se dise la vérité, Waly est un gamin. De plus, le succès est un lourd fardeau pour lui. C’est difficile pour lui de faire la part des choses.

Pourtant, il s’entend à merveille avec Eumeury Badiane, votre ancien partenaire de scène. Il paraît même qu’il lui a offert une voiture ?

Si c’est le cas, je ne peux que m’en réjouir et prier pour que ce soit le mieux pour lui.

«Si Waly me donne une voiture, je la prendrai, sinon, j’en conduirai une»

Il a également promis des véhicules à tous les autres membres du «Raam Daan» dont vous faites partie, sauf à vous. Pourquoi ?

Je vous repose la question. Je n’en connais pas la raison. En revanche, je suis certain d’une chose, j’aurais très bientôt ma propre voiture, une «Dodge Challenger». J’en ai commandé une aux USA, c’était devant Waly Seck d’ailleurs, lors de notre tournée. Je me dis que c’est peut-être, à partir de là, qu’est venue son idée d’acheter des voitures aux autres membres du groupe. Qui sait ? Je sais aussi que s’il m’offre un véhicule, je vais le prendre sans états d’âme. Beaucoup sont allés lui dire que je n’allais pas accepter ce geste de sa part. C’est totalement faux, je le prendrai, ensuite j’organiserai un «tanneber» (séance de tam-tams nocturne) en son honneur. De toute manière, je pense qu’il me donnera une voiture, car tous les membres du groupe ne sont pas encore entrés en possession de cette promesse. On verra bien ce qui se passera. Même s’il ne me donne pas une, je conduirais ma voiture quand même.

S’agissant de votre relation avec Eumeury, est-elle toujours au beau fixe ?

Oui, mais je ne le vois plus très souvent. Sans doute parce qu’il se sent mieux ainsi.

Comment est-ce possible alors que vous étiez inséparables, et même votre premier fils porte son nom ?

Je ne sais pas, honnêtement. Lorsque j’étais aux Etats-Unis, on s’appelait souvent. D’ailleurs, le jour où je devais embarquer, je suis passé chez lui pour prendre un manteau. Quand je suis rentré, il est venu chercher son présent. Mais depuis, c’est silence radio. C’est moi qui l’appelle, lui ne le fait jamais. Je me demande d’ailleurs pourquoi. Lorsqu’il prenait femme, c’est moi qui ai distribué la cola. Très sincèrement, la dernière fois que j’ai parlé à Eumeury, c’est quand il a intégré, à nouveau, le «Raam Daan». Alors que, j’ai tout fait pour qu’il revienne au sein du groupe.

Donc, il avait bien été renvoyé du «Raam Daan» ?

Thione l’avait mis à la porte et j’ai fait des pieds et des mains pour le faire revenir. Je l’appelais et appelais Thione par la suite pour aplanir la situation entre eux. Je prends tous les membres du «Raam Daan» à témoin.

Pour quel motif l’avait-il renvoyé ?

Franchement, je ne sais pas. Le jour des faits, ils ont eu une altercation à l’ambassade des Etats-Unis. Lorsque j’ai demandé à Eumeury ce qui s’était passé, il n’a pas voulu me répondre, j’ai laissé couler. Thione Seck a clairement dit que personne ne se mêle du problème. Toutefois, je me suis quand même interposé entre eux pour les réconcilier. Après son retour au sein du «Raam Daan», je ne l’ai pas revu, ni entendu.

Vous confirmez donc que votre duo n’existe plus ?

Eumeury a son propre groupe (El Hadj Diouf). Quant à moi, j’ai un orchestre.

Pensez-vous un jour arrêter la danse au profit de la chanson ?

Bien sûr ! Tôt ou tard, je le ferais. Qui vivra verra. J’ai beaucoup de fans et j’ai les aptitudes pour réussir une carrière musicale. On a bien vu Salam Diallo, il était danseur comme moi et il a réussi à s’imposer dans la musique comme chanteur…

PAR MARIA DOMINICA T. DIEDHIOU

Source : gfm.sn