fou malade conf simon

Les clivages régional, religieux voire ethnique laissent perplexe le rappeur Fou malade. Cette  différenciation des groupes sociaux, affirme-t-il mercredi sur la Rfm,  est de plus en plus valorisée au  Sénégal.Les clivages régional, religieux voire ethnique laissent perplexe le rappeur Fou malade.

Cette  différenciation des groupes sociaux, affirme-t-il mercredi sur la Rfm,  est de plus en plus valorisée au  Sénégal.
Fou Malade condamne ces dérives sociales qui risquent d’entraîner le Sénégal vers le gouffre si on n’y prend garde. Le membre du groupe Y’en a marre tirait ainsi les enseignements du scrutin de dimanche dernier.
Selon l’artiste, le régionalisme, le vote religieux,  voire le vote ethnique se déclinent davantage « avec deux supposés camps, les wolof et les Toucouleurs. Donc, faisons attention à ces clivages qui ont été d’ailleurs à l’origine de nombreux drames en Afrique. Et le mouvement citoyen y a un grand rôle à jouer ».
Par ailleurs, Malal Talla a indiqué que Y’en a marre s’est impliqué dans le processus électoral d’amont (l’inscription) en aval (mobilisation pour retrait des cartes et vote en masse). Aussi bien la mouvance présidentielle que de l’opposition, renseigne-t-il, on ne s’occupait que de ses militants. « Donc, il fallait être au service de ses Sénégalais sans parti politique, à travers les réseaux sociaux, la musique, les conférences interactives. On a tout fait pour sensibiliser les citoyens », ajoutera Fou Malade. 


senego