open-doors 006Hip hop galsen will never die, peut-on se permettre de dire. Pour preuve, le paysage culturel sénégalais, particulièrement le hip hop, connait ces deux dernières années l’émergence de jeunes très talentueux. Mais il se trouve qu’ils manquent de visibilité et c’est ce qui a motivé le label « Diegui Rails Records », en partenariat avec le grand théâtre national, à initier ce qu’il convient d’appeler l’« Open Doors » c'est-à-dire l’ouverture des portes à la new génération.
Rendez-vous a été donné au public hip hop, ce Samedi 23 Aout, pour la première édition de cet événement novateur qui met en vedette l’« avenir du hip hop galsen ». C’est cet enjeu de taille qu’à sans doute compris le public qui est venu en masse pour participer à la fête du hip hop d’une part, mais aussi pour montrer aux artistes qu’ils sont derrières eux et qu’ils n’ont pas le droit de décevoir.

C’est à 21h30 que s’ouvrent les rideaux avec l’animateur de la 2stv, Pape Sidy Fall, qui introduit Alex et son groupe pour un spectacle de break dance succédé par les Crazy Boys. Ainsi la première partie de la soirée peut commencer à 21h45 avec  respectivement Spino, Mo, Repeteul Ghetto, Prophete et Akhlou Brick Paradise qui ont mis la barre très haute en offrant aux spectateurs un véritable spectacle hip hop. Le public, visiblement acquis à la cause, a naturellement communié en chantant et dansant au rythme du rap galsen.
Par la suite, l’artiste « le plus international de la scène hip hop galsen », Fla The ripper, accueilli en grande pompe par les inconditionnels, peut clore la première partie pour introduire la deuxième avec Carapid Music qui fait son entrée scénique à 23h13 minutes. Apres eux, la place est à un intermède qui consacre les parrains et partenaires de l’événement (Matador, Fou Malade, Simon, Da Brains) avec Keyshi Bousso, directeur du grand théâtre, qui manifeste sa satisfaction de la sorte : «  l’année prochaine c’est moi qui vais organiser cet événement. Vous n’êtes plus exclus au grand théâtre ». La deuxième partie peut reprendre ses droits avec Xaat Xool de Thiès à 23h45. Par la suite,  Elzo Jamdong, Eljaz et Rosso qui clôt la partie à 00h35 minutes leur emboitent le pas.
C’est le moment choisi par l’animateur de la soirée pour présenter  deux  invités de marque, l’homme de « Mandarga » à savoir M. A. S. S, et Kangam Squad qui ont gratifié les mélomanes d’une belle prestation.
La fête peut se poursuivre de plus belle avec la troisième et dernière partie de la soirée qui met en vedette les artistes  Koza Nostra, Don Zap, Bril Fight 4, Red Lion Pako, Dablessed, Jah Me Rue et Seven Shoots qui finit sa prestation à 02h10 minutes. Le public, qui réclamait Ngaaka Blin-D, n’a pas eu droit à tous les honneurs dans la mesure où ce dernier n’a eu droit qu’à deux minutes de scène suite aux contraintes de temps.
A la fin du spectacle, Youssou (directeur de Diegui Rails Records ) a exprimé ses sentiments en ces termes : « sentiment de satisfaction parce que malgré le climat, la pluie etc. nous sommes là et nous avons rempli le grand théâtre. C’était le challenge et nous avons bien relevé le défi. Tout le monde était un peu sceptique pensant qu’une vingtaine de groupe underground était compliqué à gérer  mais le challenge en valait la peine. Quand nous sommes allés à la rencontre des autorités du  grand théâtre, ils nous ont dit vous pouvez l’avoir mais vous devez le remplir. Depuis trois mois on s’est battu pour remplir ce temple de la culture sénégalaise et on ne peut être que satisfait ».  
En somme, de manière générale, la première édition de l’ « Open Doors » s’est bien déroulée dans l’ensemble et nous avons assisté à une très belle fête du hip hop. Pour ce qui est du revers de la médaille, Pape Sidy Fall le résume de la manière suivante : « ce qu’on a assisté aujourd’hui c’est véritablement du « Open Doors » c'est-à-dire donner la chance à toutes ces multitudes publics de tous ces rappeurs de se connaitre mutuellement. Je pense que c’est une bonne idée dans l’ensemble mais comme on dit « sow bi lisi gnoul bocoussi » il faut savoir faire la part des choses.
 On a assisté à un beau spectacle pour la première partie et  la deuxième mais à la troisième on a chaviré. A un moment donné du spectacle, j’ai demandé une heure de plus en public, ce qui ne devrait pas se faire, au directeur du grand théâtre qui nous l’a accordée. Donc c’était à nous de faire le nécessaire mais malheureusement au Sénégal tu donnes rendez-vous à une personne à 18h et il vient à 21h. Et à un moment donné les gens se sont dit mais attendez, vous nous avez demandé une heure de plus sur nos heures supplémentaires et on ne peut pas rester là à travailler éternellement. Ils ont arrêté le spectacle et ils en ont le droit parce qu’on leur a demandé une heure de plus que nous avons épuisé depuis longtemps. C’est la seule fausse note de cet événement, mis à part cela, c’est une idée superbe venant de Diegui Rails. J’en profite pour lancer un appel à tous les sénégalais : l’heure c’est l’heure, avant l’heure ce n’est pas l’heure et après l’heure ce n’est plus l’heure. Il faut respecter le temps».  

Abdoulaye Diaw, Dakar Musique
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

open-doors 003

open-doors 005

open-doors 007

open-doors 012

open-doors 013

open-doors 042

open-doors 044

open-doors 049

open-doors 055