imany 3D’origine comorienne, Imany est une chanteuse-auteur-interprète de musique folk, blues et de soul. La Franco-comorienne est d’abord très jeune passée par la mode avec 7 ans de carrière avant de se lancer dans la musique. Son 1eralbum ‘’The shape of a BrokenHeart’’ est disque de platine en France ; elle a été nominée aux Victoires de la musique 2012, présente au Sénégal dans le cadre de la préparation de son prochain opus, elle a en exclusivité accordé une interview à dakarmusique.com. Entretien.

Dakarmusique.com : de la mode à la musique comment s’est faite votre reconversion ?
Ça s’est fait graduellement parce qu’on sait que le mannequinat est un métier éphémère, ça ne dure pas longtemps ; la reconversion s’est faite petit à petit en fait, on apprend un cours de chant, puis on fait des shows case, l’on rencontre des musiciens, et ça s’est fait progressivement car ce n’est pas du jour au lendemain.

Dakarmusique.com : quand on dit Tracy Chapman qu’est-ce que cela vous inspire si l’on sait que c’est en écoutant son morceau ‘’Talkin’ ‘Bout a Revolution’’ que vous avez attrapé le virus de la musique ?
Bah Tracy Chapman c’est l’une de mes chanteuses préférées. Ellea une voix à elle, elle écrit de très belles choses de manière très simple. Elle a vraiment l’art de la mélodie simple, de l’accord simple et euh quand j’ai entendu chanter ce morceau, j’ai cru que c’était un homme qui chantait, de savoir plus tard que c’était une femme qui chantait, cela m’a rassurée quand à l’étrangeté de ma voix, à l’époque j’étais une gamine quand j’ai réalisé que ma voix n’était pas comme celle des autres.

Dakarmusique.com : il semblerait que la destination Sénégal vous plaise beaucoup, ‘’You will never know’’, ‘’Please and change’’ et ‘’Slow down’’ ont été écrits ici.
Tout à fait ces chansons ont été écrites ici, c’est un bon endroit où je peux venir me reposer en retraite, car il n’y a pas trop de distraction. A Paris il y a trop de distractions, même il y a rien à faire il y a quand même quelques trucs qui vous empêchent de travailler ; ici on est de l’autre coté du monde où le temps ne passe pas pareille. Je viens avec le désir d’écrire et je ne me consacre qu’à ça, à Dakar j’ai le temps et la place pour le faire.

Dakarmusique.com : à quel moment avez-vous été convaincue que vous pouviez devenir artiste-chanteuse ?
C’est pareil on ne se lève pas un jour en se disant bah tiens je vais être artiste ! On sent ça au fond de soi tous les jours, on a envie de l’être, au début on a peur on pense qu’on y arrivera jamais ; puis une marche après une marche on se rend compte que c’est quelques étages. Moi c’est comme ça que je l’ai vu, tout d’un coup vous êtes artiste et il faut l’accepter.

Dakarmusique.com : comment s’est passé votre rencontre avec Malick NDIAYE, d’ailleurs c’est avec son coup de pousse que vous avez lancé votre carrière ?
Ça ne s’est pas mal passé, ça s’est fait de manière courtoise ; il a dit qu’il y avait quelque chose, il n’a pas été volubile, moi je croyais que ça ne l’intéressait pas, mais en fait c’est sa technique il ne s’engage pas tout de suite, c’est quelqu’un qui met du temps, qui réfléchit, par contre une fois qu’il s’y met, il se donne à fond. Il a surveillé mon évolution, à un moment donné, il a été convaincu de quelque chose, il est venu me voir avec ma sœur qui est mon manageur et il a dit : « Ok, on va faire quelque chose » et voilà depuis on fait plein de choses.

Dakarmusique.com : Imany signifie foi, est-ce que à dire que vous avez la foi ou que êtes très spirituelle ?
Bah oui j’ai les deux ! J’avoue que quand j’ai choisi Imany je ne savais pas ce que ça voulait dire, à l’époque je trouvais juste que c’était joli ; quand j’ai su ce que ça voulait dire foi, ça m’a fait encore plus plaisir. Moi j’ai la foi et je pense que dans la vie on ne peut pas avancer sans foi. Il y a des gens qui ne croient pas en Dieu, mais croient en pleines choses. On n’est pas obligé de croire en Dieu pour avoir la foi, la spiritualité c’est large, moi je crois en Dieu et j’essaie d’avoir la vie la plus spirituelle possible.

Dakarmusique.com : pourquoi vous avez intitulé votre album qui est par ailleurs disque de platine en France ‘’The Shape of a BrokenHeart ‘’ ?
Parce que de tous les titres de l’album c’était le plus beau, ‘’The Shape of a Broken Heart’’ est celui qui sonne le mieux ; et donc  je ne voulais pas que l’album soit juste un album de rupture, de vie sentimentale, je voulais que ça soit plus large que ça.

imany 4

Dakarmusique.com : pouvez-vous nous parler de votre chanson ‘’Gospel pour madame’’ ?
C’est un duo que j’ai fait  avec l’illustre Tété qui est à moitié sénégalais d’ailleurs.Tété est un artiste français que j’ai toujours aimé, et quand le label m’a dit que ça serait bien d’avoir une chanson avec un invité français parce qu’au départ c’était juste des histoires de quota de radio en France. Il ne fallait pas le faire avec n’importe qui, un  jour à un festival il y’avait Tété alors je me suis dite que c’est une évidence c’est à lui qu’il faut le demander. Dans la chanson je demande à Dieu de l’aide, au départ on se révolte parce qu’on n’est pas content de la vie qu’on mène, qu’on a, on se révolte  contre Dieu puis finalement on s’aperçoit qu’avant de blâmer les autres, il faut d’abord regarder ce qu’on fait pour que ça marche, pour ça ne marche pas.

Dakarmusique.com : dans ‘’Please and change’’ vous vous régalez, vous vous lâchez complètement.
C’est une chanson un peu taquine, drôle, de plus l’on n’est pas obligé d’être sérieux tout le temps. ‘’Please and change’’ est juste une chanson provocatrice qui dit à son mec : moi je peux te demander dans toutes les langues de changer, mais au bout du compte si tu ne veux pas changer, tu ne changeras pas ; sur scène je dis toujours aux filles de ne pas se prendre la tête avec ça, si ton mec ne change pas après maintes supplications, bah il faut changer de mec ça va plus vite.

Dakarmusique.com : vous êtes dure avec les hommes.
(Rires) je ne suis pas dure ! Pourquoi s’obstiner ? Et c’est pareil dans l’autre sens aussi, si votre copine ne veut pas changer et que son attitude vous rende malheureux, je vous dirai la même chose : changez de copine ! Trouvez la copine qui fonctionne pour vous parce que vous ne pouvez pas changer les gens.

Dakarmusique.com : votre collaboration avec Faada Freddy sur ‘’Slow down’’.
C’est parce que Fada a repris ‘’Slow down’’ dans son futur album solo, sa version est complètement différente de la mienne, mais du coup comme je suis une fan de Fada, j’ai été au Sénégal je me dis que ça serait vraiment bête ne pas l’inviter. ‘’Slow down’’il la connait bien, on l’avait déjà faite à la Cigale à Paris et ça avait été un succès.

Dakarmusique.com : que voulez-vous dire dans la chanson éponyme de votre album où vous dites « Africa has a shape of a broken heart and a heart of a broken land » ?
C’est intéressant la manière dont cette chanson est née, moi je voulais faire un dessin, mais je ne sais très bien dessiner, donc j’ai demandé à une copine qui m’a expliqué que le dessin c’est juste une histoire de lâcher prise, on ferme les yeux et l’on se lâche.Je voulais dessiner la carte du continent Africain qui était en face de moi, quand j’ouvre les yeux, j’avais dessiné une sorte de cœur déformé cela m’a frappé ; je me suis dit quand on y regarde de prêt l’Afrique à la forme d’un cœur brisé, et A heart of a Broken Land (cœur d’une terre morcelée) parce que si on parle de la colonisation, quand ils sont arrivés, ils ont morcelé l’Afrique comme un fromage, ils ne se sont pas pris la tête s’ils y avaient des ethnies, des peuples etc. moi quand je parlais de l’Afrique comme The shape of a broken Heart (forme d’un cœur brisé), c’est comme si je parlais du continent comme d’une femme, et je parle de ma grand-mère en particulier, qui a été marié à 9 ans, tous ses enfants sont morts entre 0 et 6 ans excepté ma mère. L’Afrique, comme je le dis très souvent sur scène, elle n’est pas l’exception, mais non plus la règle, de penser qu’elle n’est que guerres, famines etc. elle n’est pas que ça.

Dakarmusique.com : écoutez-vous du mbalax ? Connaissez-vous cette musique ?
Celui qui vient au Sénégal et qui ne connait pas le mabalax c’est parce qu’il est sourd, c’est partout (rires) ! Bah le mbalax c’est intéressant parce que c’est qu’au Sénégal qu’on écoute cette musique, et c’est vraiment propre à votre coin du monde. Ce qui est dommage avec le mbalax c’est que j’ai l’impression que le rythme reste le même bien que les jeunes artistes le modernisent. Ça serait bien qu’il y ait d’autres artistes qui revisitent le mbalax et le rendent plus personnel.

Dakarmusique.com : c’est un choix ou ça signifie quelque chose en particulier ce foulard tout le temps sur tête ?
Au départ -ça signifiait que ça cache ma misère, et ça toutes les filles savent qu’on n’a pas le temps de faire les cheveux correctement ; quand j’ai commencé la musique, on chantait dans des bouis-bouis, et un foulard était rapide, ça a toujours était ma technique, ça fait toujours classe. Et puis un jour, une fille est venue me voir et m’a dit qu’elle adore cette histoire de foulard ça fait femme qui s’assume, je me suis dite alors dans ce cas là je vais le garder. De plus en moins de 3 minutes je suis prête avant de monter sur scène, et surtout même si les gens ne se rappellent pas de mon nom ils disent c’est celle avec le foulard (rires).

Par Moustapha KORERA, DAKARMUSIQUE.COM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imany en Concert à l'Institut Français de Dakar le Mercredi 5 juin 2013