jimmy mbayeL’artiste Jimi Mbaye se passe naturellement de présentations, mais juste rappeler que c’est un guitariste chevronné doublé d’un chanteur connu pour avoir évolué la majeure partie de sa carrière auprès de Youssou Ndour, et pour avoir une aisance surprenante avec son Fender Stratocaster, avec lequel il fait il fait entendre les sonorités d’instruments traditionnels tels que : la kora et le xalam. L’instrumentiste-chanteur a 3 albums à son actif.  Dakarmusique.com s’est déplacé du coté de Nord Foire pour un inédit avec Jimi Mbaye. Rencontre.

Dakarmusique.com : quand est-ce que vous avez touché à une guitare pour la première fois ?
J’ai eu ma première guitare ici à Dakar, et comme tous les enfants j‘ai aimé la musique à cause de mes frères qui avaient un orchestre ‘’The Devils’’ à la Gueule Tapée. En ce temps là, j’étais très jeune, et vue que je ne pouvais pas avoir de guitare, je prenais des bidons d’huile pour jouer avec, jusqu’au jour où mon grand frère El Hadji m’offre une guitare acoustique. Puis je faisais le tour de quartiers pour trouver un professeur qui pouvait m’enseigner à en jouer, mais ce fut sans succès, c’est pourquoi je peux dire que je suis autodidacte car je me suis instruit tout seul à la guitare.

Dakarmusique.com : vous faites entendre les sonorités du xalam, de la kora avec votre Fender Stratocaster.
J’ai eu à beaucoup voyager avec le Super Etoile, à chaque fin de concert je faisais une évaluation de ma prestation, alors je me suis rendu compte que le public européen n’applaudissait pas la virtuosité de l’artiste, mais c’est plutôt l’effort que l’artiste fournit pour lui faire plaisir ; je me suis demandé qu’est-ce que je pouvais faire pour marquer ce public et ce que je pouvais apporter qu’il ne connaissait pas. C’est ainsi que j’ai essayé de transposer les sonorités des instruments traditionnels : la kora et le xalam sur une guitare moderne que les blancs utilisent pour faire du rock…depuis je continue de me perfectionner dessus.

Dakarmusique.com : vous avez parcouru le monde avec le Super Etoile, sorti 3 albums et avez participé au come back de Pape & Cheikh, si votre carrière s’arrêtait là en seriez-vous satisfait ?
Je serais très satisfait d’avoir apporté ma pierre à l’édifice de la musique, mais je veux pouvoir faire plus, parce qu’actuellement la musique sénégalaise a bien besoin de soins car elle est malade.

Dakarmusique.com : parlant de Pape & Cheikh, à votre avis pour quelles raisons leur album ‘’Esprit Live’’ est un franc succès ?
Mais parce qu’ils sont partis vers une autre direction que celle du mbalax ; le mbalax tel qu’il est joué aujourd’hui demande à être corrigé.

Dakarmusique.com : on dit que vous avez quitté le Super Etoile.
J’ai quitté le Super Etoile parce que je ne peux pas garder au chaud la chambre de quelqu’un qui est parti à l’aventure. Il est parti, je suis parti.

Dakarmusique.com : comment expliquez-vous l’harmonie musicale du Super Etoile, votre guitare, la voix de Youssou etc. ?
Tout simplement que ça travaillait beaucoup et dans le bon sens, parce que nous voulions donner au mbalax ses lettres de noblesse sur le plan international, chose très difficile, parce que le mélange que nous essayions avec certains instruments était hétérogène ; le mbalax n’est pas très bien mixé, de plus il y a des conflits rythmiques dans le mbalax que l’oreille occidental ne peut pas entendre.

Dakarmusique.com : pensez-vous que le mbalax a  progressé ? Stagné ? Ou régressé ?
Moi je trouve que le mbalax a régressé, il y a énormément de musiciens mais sont-ils tous bons ? Je crois que la musique mbalax telle qu’elle est jouée maintenant, elle est la même partout. En tout cas elle n’est pas dans la bonne direction,  et pis encore il y a trop d’arrangeurs dans ce pays qui ne maitrisent pas leur sujet. A cela je peux ajouter que les animateurs de télé et de radio ne font que la promotion de la mauvaise musique sénégalaise.

Dakarmusique.com : parmi les jeunes artistes du pays, en lesquels portez-vous un peu d’espoir?
Il y a Pape Diouf, Abdou Guité Seck, Pape & Cheikh, Abou Thioubalo, Aida Samb etc. mais je crois que le problème n’est pas avec les chanteurs, il est avec les instrumentistes, avec les arrangeurs, ils doivent essayer de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Dakarmusique.com : votre dernier mot ?
Je prépare mon prochain album et j’espère qu’il va être le meilleur de ce que j’ai déjà sorti parce que je n’arrête pas de bosser dessus.

Par Moustapha KORERA, DAKARMUSISUE.COM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.