metzoL’artiste musicien, Ahmet Siboudji Diatta dit Metzo Diatta, a été placé sous mandat de dépôt ce mardi à la prison centrale de Rebeuss. Il va être jugé devant le tribunal des flagrants délits de Dakar ce jeudi pour tentative de corruption d’un agent de la police en service. Après avoir brûlé un feu rouge, il a tenté de remettre à l’agent 2 000 Fcfa (une coupure de 1 000 Fcfa et deux de 500 Fcfa).

Interrogé par la police de Dieuppeul sur procès verbal, Metzo Diatta reconnaît qu’il a commis une bêtise. «Le 3 mars dernier, je partais au tournage d’une émission que je produis dans une télévision de la place (Dinama nekh à Sen Tv : Ndlr). Je me suis arrêté au niveau des feux tricolores au carrefour de Castors. Comme j’étais pressé et que je ne voyais pas de voitures qui venaient, j’ai passé le feu au rouge avec ma Mégane immatriculée DK-2843-AN. L’agent de police en faction dans ce secteur me demande de me ranger sur le bas côté de la chaussée à hauteur de la station Total. L’agent me réclame les papiers affairant à ma voiture, par la suite il me notifie l’infraction que je venais de commettre. J’ai continué mon chemin parce que je devais aller voir une personne. Une vingtaine de minute après, je suis revenu au croisement de Castors. J’ai trouvé l’agent en discussion avec un collègue. J’ai demandé à lui parler. Quand il m’a demandé ce que je voulais, je lui ai tendu l’attestation qu’il m’avait faite. Mais j’avais glissé dans le papier la somme de 2 000 Fcfa, composés d’un billet de 1 000 Fcfa et deux de  500 Fcfa. Après ce geste, l’agent saisit tous les papiers de la voiture qu’il m’avait rendus lors de mon premier passage. C’est ainsi qu’il me conduit au commissariat. Sur les lieux, il me notifie l’infraction que j’ai commise. J’ai commis une bêtise et je suis désolé pour cette institution (la Police Nationale : Ndlr). Malgré ce qui s’est passé, j’ai beaucoup de respect pour la Police. En manquant de respect à cette institution, c’est la puissance publique que j’ai piétiné et j’en fais partie», reconnaît-il.

Mais dans le procès-verbal, le commissaire de Dieuppeul a pris le soin de mentionner à l’intention du Procureur que «Cette tentative de corruption qu’a commis Ahmet Siboudji Diatta dit Medzo n’est pas fortuite. Elle reflète le mépris que cet homme porte pour la police Nationale. Metzo Diatta est allé jusqu’à son feuilleton «Dinama Nékh» qui passe dans une télévision de la place pour mettre en action un personnage vêtu d’une chemise bleu avec un béret noir et un pantalon bleu qui offre tout le temps des billets de banque froissés à des jeunes filles en laissant entendre qu’il était de faction dans un croisement d’à côté. Non content d’avoir donné aux téléspectateurs l’image des agents de circulation corrompus et sans vergogne, il l’a matérialisé à travers cet acte».

Source : seneweb.com