fête de la musique 2013

La fête de la musique 2013 est la fête de toutes les innovations. C’est pourquoi le ministère de la culture et la maison de la culture Douta Seck ont organisé un marché de la musique.
Pour Boubacar Thioye, animateur culturel contractuel à la maison de la culture Douta Seck  qui gère les arts scéniques, « la fête de la musique est un moment où nous avons la possibilité de regrouper la majeure partie des artistes, amateurs comme professionnels. C’est pourquoi nous nous sommes dits : pourquoi ne pas créer un cadre d’échange et de partage entre les artistes et  ceux qui interviennent dans la chaine de reproduction musicale. C’est ce qui explique que nous avons travaillé avec les labels de production, les structures qui font du management artistique et de l’événementiel, les structures juridiques, les structures qui sont dans la promotion et la production, les structures qui sont dans l’import export etc. »

Monsieur Youssou Soumarè, directeur du département juridique du BSDA (Bureau Sénégalais du Droit d’Auteur) justifie leur présence par le fait que « le BSDA est la seule société d’auteur au Sénégal et, il est chargé de gérer le répertoire national et international. Ce marché de la musique est donc la meilleure occasion, non seulement pour s’ouvrir au public mais également pour  être proche des acteurs et des auteurs, pour  faire connaitre un peu les rôles et les missions de notre organisme, de notre structure, le Bureau Sénégalais du  Droit d’Auteur ». Clemonteil,  qui est la représentante du  BEMA (Bureau Export de la Musique Africaine) ;  un réseau d’operateur de la musique, en Afrique de l’ouest et qui va même jusqu’en Afrique centrale avec le Cameroun, qui se sont regroupés pour tenter de structurer et de professionnaliser le secteur de la musique en Afrique, explique aussi leur présence. « Nous sommes ici dans le cadre de la fête de la musique pour rencontrer d’autres professionnels, des musiciens parce que nous organisons le SIMA (Salon international de la Musique Africaine) au Cameroun mais aussi pour favoriser la circulation de l’information. C’est un jour de fête pour la musique et nous sommes présents en tant qu’operateur musical.
La structure prince art est aussi de la fête avec Alioune Kouyate dit Badou, commercial à la structure prince art qui « apprécie l’idée, c’est une bonne initiative et il est temps que les artistes aient des structures de la sorte pour s’exprimer. C’est salutaire de voir qu’il y a des gens qui pensent aux artistes». Les autres exposants comme « la Banlieue Factory », le G Hip Hop, la ville de Dakar, la BICIS etc. se réjouissent ; comme Bira Dieye Fall, directeur des programmes au Théâtre National Daniel Sorano, « de cette belle initiative,  le premier salon du genre organisé  par le ministère de la culture par l’intermédiaire de la maison de la culture Douta Seck.
Vivement le prochain marché de la culture !
Abdoulaye Diaw, Dakar Musique
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.